Joseph-Marie VIEN (Montpellier 1716 - Paris 1809), Une femme qui sort des bains

Lot 74.19/03/2004
Aller au lot
Estimation :
80000 - 90000 EUR
Résultats sans frais
Résultat : 423 095EUR
Joseph-Marie VIEN (Montpellier 1716 - Paris 1809), Une femme qui sort des bains
Joseph-Marie VIEN (Montpellier 1716 - Paris 1809)
Une femme qui sort des bains
Huile sur toile.
Signée et datée en bas à gauche: "j.m. vien / 1763".
95 x 68 cm.
Cadre en bois doré.

Provenance:
Commande du duc d'Orléans pour sa chambre au Palais Royal avec comme pendant L'Autel du jeune Bacchus".
Probablement le tableau de la vente du Baron Servatius, Paris, 15 février 1854, n° 1.
Probablement le tableau de la vente du Baron Evrad Rhoné, Paris 6-8 mai 1861, n° 146.
Probablement le tableau de la vente Louise-Suzanne Oger de Bréart, Paris, 17-22 mai 1886, n° 64.

Exposition:
1763, Salon, n° 29.

Bibliographie:
Description des tableaux au Salon, 1763, p. 20.
Denis Diderot, Salon de 1763, ed. Seznec et Adhémar; Oxford, 1975, p. 209, "Les tableaux que Vien a exposé cette année sont tous du même genre, et comme ils ont presque tous le même mérite il n'y a qu'un seul éloge à en faire. C'est l’élégance des formes, la grâce, l'ingénuité, l'innocence, la délicatesse, la simplicité, et tout cela joint à la pureté du dessin, a la belle couleur, à la mollesse et a la vérité des chairs. On serait bien embarrassé de choisir entre sa Marchande à là toilette, sa Bouquetière, sa Femme qui sort du bain, la Prètresse qui brûle de l'encens sur trépied, la Femme qui arrose ses fleurs, la Proserpine qui orne le buste de sa mère, et l'Offrande au temple de Vénus. Comme tout cela sent la maniere antique."
Machon de la Cour, Lettre à Madame*** sur les peintures, les sculptures et les gravures exposées dans le Salon du Louvre en 1763. Paris, 1763, p. 20.
Mercure de France; (Extraordinaire du Mercure de Septembre), octobre 1763, I, "Description des tableaux exposés au Salon du Louvre avec des remarques par une société d'amateurs." P. 190. "Les ouvrages de Monsieur Vien se distinguent au Salon par une rigoureuse imitation de l'antique. Il en avait précédemment montré quelques essais : il semble avoir totalement et exclusivement adopté ce genre, au moins à cette exposition. Une grande simplicité dans les positions des figures presque droites et sans mouvements, très peu de draperies, communément assez minces, sans jeu et pour ainsi dire collées contre le nu : une sévère sobriété dans les ornements accessoires, voilà comment l'on sait ce qui caractérise particulièrement l'antique.".
N. Dezallier d'Argenville, Voyage pittoresque de Paris, Paris, 1778. p. 112 "(Palais-Royal) Chambre à coucher... En commençant à gauche, une temme qui sort du bain, à qui sa suivante essuie les pieds, par M. Vien."
Th. Lejeune, Guide théorique et pratique de l'amateur de tablean. Paris, 1863, p. 275.
H. Cozic, "Vien, sa vie et son œuvre" in Revue de France, 1865, p. 193.
Jean Locquin, La peinture d'Histoire en France de 1747 à 178S. Paris, 1912. (nouvelle édition 1978) p. 195, note 5.
D. Rice, The Fire of the Ancients, The Encaustic Painting Revival, 1775 to 1812. Ph. D., Yale University, 1979, p. 78.
Thomas Graethoens et Jean Lugand, Joseph-Marie Vien. Paris, 1988, p. 78 et 81, n° 189 (comme œuvre disparue connue par la gravure de Glairon Mondet).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue