ORDRE DE MALTE. - BOURBON (Jacques de). La... - Lot 13 - Beaussant Lefèvre & Associés

Lot 13
Aller au lot
Estimation :
3000 - 4000 EUR
S'inscrire sur drouot.com
ORDRE DE MALTE. - BOURBON (Jacques de). La... - Lot 13 - Beaussant Lefèvre & Associés
ORDRE DE MALTE. - BOURBON (Jacques de). La Grande & merveilleuse et trescruelle oppugnation de la noble cité de Rhodes prinse nagueres par sultan Seliman a present grand Turcq, ennemy de la tressaincte foy catholicque. [au colophon :] Et imprimé a Paris pour honneste personne Gilles de Gourmont [...]. L[']an mil cinq cens .xxvi. au moys de may [soit : Paris, par Antoine Couteau pour Gilles de Gourmont, mai 1526]. In-4, (6)-xliv ff., impression en caractères gothiques, maroquin grenat, dos à nerfs, croix de Malte dorée au centre des plats, coupes filetées, dentelle intérieure dorée, tranches dorées (Trautz- Bauzonnet). Volume placé dans un boîtier de maroquin rouge moderne, dos à nerfs, croix de Malte blanche mosaïquée sur fond rouge et soulignée d'un filet doré au centre du premier plat (probablement par l'atelier Sangorski & Suttcliffe à Londres). Seconde édition de ce texte originellement paru l'année précédente chez le même libraire qui en avait alors diffusé deux émissions. Jacques de Bourbon critiqua sévèrement l'édition de 1525 comme étant « corrompue et dépravée ». ILLUSTRATION GRAVÉE SUR BOIS : composition à pleine page représentant l'auteur à sa table d'écriture ; encadrement au titre ; belles lettrines ornées. LES HOSPITALIERS CHASSÉS DE RHODES PAR LES TURCS EN 1522. Les chevaliers de l'Ordre de l'Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, qui avaient dû quitter la terre Sainte à la fin du xIIIe siècle, avait pris Rhodes au début du xIVe siècle, et y avaient installé leur principal établissement. L'île avait été assiégée plusieurs fois par les Ottomans au xVe siècle, sans succès, mais la puissance turque avait encore grandi, et Soliman le Magnifique parvint à prendre Rhodes : il lui fallut cependant six mois de siège et le bénéfice d'une trahison pour pouvoir parvenir à ses fins. Le grand-maître Philippe de Villiers de L'Isle-Adam et ses chevaliers survivants quittèrent l'île avec quelques habitants le 1er janvier 1523. Ce n'est qu'en 1530 que l'Ordre obtiendrait ensuite l'île de Malte pour s'y installer. PRINCE CAPÉTIEN ET CHEVALIER DE RHODES, JACQUES DE BOURBON (vers 1466-1527) descendait de saint Louis et était un petit-cousin de François Ier. Fils naturel du futur prince-évêque de Liège Louis de Bourbon, il servit au sein de l'Ordre dont il fut grand-prieur de France, avant de se retrouver à Rhodes. Il y fut le témoin et un des acteurs du grand siège de 1522, au cours duquel il reçut une blessure lors d'une sortie aux côtés de Philippe de Villiers de L'Isle-Adam. UNE APOLOGIE DU GRAND-MAÎTRE ET DE L'ORDRE. Dans une période d'incertitudes et d'errance pour les chevaliers, Jacques de Bourbon décida de publier un ouvrage sur les événements de 1522. Il s'agissait pour lui de marquer sa fidélité à Philippe de Villiers de L'Isle-Adam alors en butte à des calomnies pour avoir capitulé, en contradiction avec l'éthique chevaleresque (le grand-maître avait cependant choisi cette solution pour épargner un sort funeste aux populations). Jacques de Bourbon voulait par ailleurs rappeler le danger de l'impérialisme ottoman, l'opportunité d'avoir une place forte chrétienne à Rhodes et l'utilité de la mission des Hospitaliers. UNE PRÉCIEUSE SOURCE POUR L'HISTOIRE MILITAIRE DU XVIe SIÈCLE. Jacques de Bourbon avait fréquenté les milieux pré-humanistes dans sa jeunesse et sut mettre en oeuvre dans son Oppugnation une véritable méthode d'historien : rigueur de la composition, souci de clarté et de pédagogie, sens de l'observation et du détail, style dépouillé, rejet du discours direct pour les propos des personnes évoquées, etc. Il indique dans son prologue ne rapporter que ce qu'il avait vu personnellement ou entendu narrer par des personnes dignes de confiance. Chevalier de haut rang, il eut accès aux délibérations et décisions du Conseil du grand-maître, tout autant qu'aux récits des envoyés ou espions sur ce qui se passait au sein de l'état-major ottoman. Rapprocher l'Oppugnation des autres sources existantes, chrétiennes ou turques, a permis de mettre en lumière sa probité d'auteur et la solidité de ses informations. TRÈS RARE. Provenance : Bibliotheca Hierosolymitana de M. Chaulet, chevalier d'honneur et de dévotion de l'Ordre de Malte (vignette ex-libris). - Estampille ex-libris à motif de soleil sur le boîtier, sur la reliure et sur plusieurs feuillets.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue