METTERNICH (Klemens Wenzel Nepomuk Lothar... - Lot 10 - Beaussant Lefèvre & Associés

Lot 10
Aller au lot
Estimation :
600 - 800 EUR
S'inscrire sur drouot.com
METTERNICH (Klemens Wenzel Nepomuk Lothar... - Lot 10 - Beaussant Lefèvre & Associés
METTERNICH (Klemens Wenzel Nepomuk Lothar von). Mémoires, documents et écrits divers laissés par le prince de Metternich. Paris, E. Plon et Cie, 1880-1884. 3 parties en 8 volumes in-8, demi-chagrin grenat à coins, dos à nerfs fleuronnés avec frises dorées en têtes et en queues, têtes dorées sur témoins, couvertures et dos conservés ; dos légèrement passés et mouchetées avec infimes accrocs (reliure moderne). ÉDITION ORIGINALE FRANÇAISE, UN DES 20 EXEMPLAIRES DE TÊTE NUMÉROTÉS SUR WHATMAN, seuls sur grand papier avec 60 sur hollande. Portrait-frontispice gravé à l'eau-forte. L'ouvrage parut concurremment en allemand (Vienne, Wilhelm Braumüller) et en français (Paris, Eugène Plon), tandis qu'une édition en anglais s'interrompit en 1882 au volume V (Londres, Richard Bentley & son). Vaste publication des papiers du prince de Metternich, comprenant entre autres un essai mémoriel, « Matériaux pour servir à l'histoire de ma vie publique, 1773-1815 » (vol. I, pp. 1-215), et des extraits du journal de sa dernière femme Melanie Zichy-Ferraris, épousée en 1831 (répartis dans plusieurs des vol.). Deux index analytiques permettent de tirer profit de cette importante masse de matériaux. Le travail d'édition fut mené par le fils du prince, Richard von Metternich (qui fut lui- même ambassadeur d'Autriche à la Cour de Napoléon III de 1859 à 1870) aidé par l'historiographe impérial Alfons von Klinkowström. UNE DES SOURCES MAJEURES SUR L'HISTOIRE EUROPÉENNE, DE L'ÉPOQUE NAPOLÉONIENNE AUX RÉVOLUTIONS DE 1848. Fils de diplomate, le prince de Metternich (1773-1859) entra lui-même dans la carrière sous le Consulat, et fut ambassadeur d'Autriche à Paris de 1806 à 1809 avant d'être nommé au poste de ministre des Affaires étrangères qu'il conserva juqu'en 1848 : il joua un rôle majeur sur toute la période, notamment dans l'instauration du rapport de force international qui prévalut du Congrès de Vienne (1814-1815) jusqu'au « Printemps des peuples ». Éduqué à l'école de l'Aufklärung, le prince promut un despotisme éclairé et un conservatisme rationnel dans une Europe qu'il rêva fédéraliste. Les deux principes fondamentaux sur lesquels il fonda sa politique étrangère étaient ceux de l'équilibre et de la légitimité, et à ce titre il se montra hostile à la notion d'État nation, s'opposant à la volonté hégémonique de la Prusse en Allemagne, et à l'unification de l'Italie.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue