JACOB (Max) 13 missives autographes signées... - Lot 27 - Beaussant Lefèvre & Associés

Lot 27
Go to lot
Estimation :
800 - 1000 EUR
Result without fees
Result : 1 500EUR
JACOB (Max) 13 missives autographes signées... - Lot 27 - Beaussant Lefèvre & Associés
JACOB (Max) 13 missives autographes signées (9 lettres et 4 cartes), dont 2 AVEC POÈME, adressée à Fernand Pouey. Paris, Saint-Benoît-sur-Loire, Roscoff et île de Bréhat, 1927-1935 et s.d. 22 pp. de formats divers. Au verso de deux des cartes: une vue photographique de Notre-Dame de La Charité-sur-Loire, et une scène d'embarquement à Paimpol. TRÈS BELLE CORRESPONDANCE LITTÉRAIRE, MYSTIQUE ET AMOUREUSE. - «Chez la princesse Ghika [Liane de Pougy]» au Clos Marie à Roscoff, [septembre 1927]: «Je vis depuis juin dans un océan de monde, de fantaisie et de travail loué: c'est une espèce d'ivresse pour un solitaire et assez délicieuse pour que je me paraisse oublier les douleurs des autres. Mais elles sont en moi et la preuve c'est que chaque matin aux heures de la messe, inoubliée et inoubliable, les noms de ceux de mes amis qui souffrent vien[nen]t naturellement devant l'autel et devant moi. Je n'aurai pas la cruauté de vous dépeindre d'heureuses vacances à vous qui êtes encore à l'âge affreux des hésitations, des passions, des préparations et de la candeur, de la soumission apparente et de l'esprit de révolte. ON NE CONNAIT PAS LA VRAIE JOIE AVANT LA SÉRÉNITÉ DE LA QUARANTIÈME ANNÉE. LA JEUNESSE NE CONNAIT QUE LES IVRESSES ET L'OUBLI APRÈS LES EXCÈS ET LES DOULEURS. C'EST LA CONSOLATION DES CHEVEUX BLANCS ET DES MALADIES QUE LE BONHEUR. Encore les miens sont-ils bien précaires. Je vais être chassé de cet asile par la fièvre typhoïde d'un domestique et, me trouvant sans argent pour vivre dans les hôtels, obligé de rentrer à St-Benoît plus tôt que je ne le désirais. Enfin! Remercions Dieu de quelques jours heureux et APPRÊTONS-NOUS À REPRENDRE LA TRISTE VIE D'ERMITE, LA SEULE, PARAIT-IL, QUI CONVIENNE À MA FOLIE ET À MON MANQUE DE MESURE. Je me souviens d'avoir étudié le piano, il y a quarante ans. Le professeur répétait inlassablement: “Le doigté et la mesure”. Prophète qu'il était! C'est pour n'avoir eu ni l'un ni l'autre que je suis condamné à vivre loi
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue