LAMARTINE (Alphonse de)

Lot 28
Got to lot
Estimation :
4500 - 5000 EUR
Result without fees
Result : 6 000EUR
LAMARTINE (Alphonse de)
Lettre autographe à Victor HUGO. Saint-Point [Saône-et-Loire], 14 septembre 1823. 4 pp. in-4. LAMARTINE CÉLÈBRE LA NAISSANCE DU ROMANTISME. IL FÉLICITE HUGO POUR LE LANCEMENT DE LA MUSE FRANÇAISE, INITIATRICE DU MOUVEMENT, ET LUI ANNONCE LA PARUTION DE SES PROPRES NOUVELLES MÉDITATIONS POÉTIQUES. Le premier numéro de la revue littéraire La Muse française, matrice du premier groupe romantique, venait de paraître au mois de juillet 1823. Fondée par Alexandre Soumet et Alexandre Guiraud - qui pourtant resteraient sur le seuil du mouvement novateur -, elle fut dominée par Hugo, Vigny et Émile Deschamps. Lamartine, bien que plus modéré, se sent proche du groupe, ayant lui-même amorcé sa rupture avec les formes classiques de la littérature et de sa critique. Il se sentit donc affecté par le refus silencieux d'Hugo à sa proposition, formulée en juin 1823, de souscrire et de collaborer à La Muse française. « Je ne sais ce que j'ai fait mon cher Hugo pour mériter que vous n'ayez pas répondu à ma dernière lettre... Parlez franchement, vous avez affaire à un homme qui comprend tout, et de votre part rien ne peut le blesser. L'offre que je vous faisois peut être indiscrette... ... JE VOUS ÉCRIS TOUJOURS À PROPOS DE LA MUSE. Elle a fait une noble apparition sous vos auspices et ceux de Mr Soumet, je l'avois lue déjà, et voilà que je la reçois au moment où j'allais vous prier de m'y abonner. Je vous en remercie beaucoup, elle me tiendra au courant de vos pensées dans mon désert où jamais tant de beaux vers n'étoient je crois parvenus.... Vous savez que je vous avois recommandé de m'inscrire au 1er rang des souscripteurs. Si vous tenez ce gouvernail d'une main ferme, si votre Muse vous donne la main à celle-ci, si le jeune moraliste [Émile Deschamps] est toujours en veine, vous réussirez. VOUS PARLEZ ENFIN LITTÉRATURE DANS UN SENS NET ET VIGOUREUX, vous êtes sorti de l'hémistiche et de la diphtongue, vous attquez le vif, il le falloit ; SEULEMENT ALLEZ DOUCEMENT DANS LE DÉBUT, SUI
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue