Aiguière et son bassin en tombak. Tombak,... - Lot 232 - Beaussant Lefèvre & Associés

Lot 232
Go to lot
Estimation :
20000 - 30000 EUR
Result with fees
Result : 130 560EUR
Aiguière et son bassin en tombak. Tombak,... - Lot 232 - Beaussant Lefèvre & Associés
Aiguière et son bassin en tombak.
Tombak, cuivre doré au mercure.
Cette imposante aiguière ibrik et son bassin sont ornés d'un impressionnant décor tapissant de « pointes de diamant » en relief. L'aiguière présente une panse piriforme entièrement recouverte de ce motif élaboré. Elle comporte une anse sinueuse à décor végétal en partie gravé de chevrons et de feuilles. Son bec verseur se termine par une tête d'animal fantastique inspiré des makaras indiens. Son couvercle est sommé d'un décor appliqué de fleurs et de feuilles finement ciselé dans le goût baroque.
Une inscription en osmanli sur le verseur mentionne « Que soit préservée Son Altesse, la très illustre Mihrimah Sultan » avec la date 1236 AH (1820 AD). Il pourrait s'agir de la princesse Mihrimah Sultan (1812-1838), fille du Sultan Mahmud II (r. 1808-1839).
L'aiguière est également inscrite de divers numéros d'inventaires anciens sous la base. Le grand bassin qui l'accompagne, au large marli également orné de motifs élaborés de pointes de diamant en relief, est doté de la même inscription en osmanli sur la base, et de la date 1236 AH (1820 AD).
Turquie, première moitié du XIXe siècle, Empire Ottoman.
Hauteur de l'aiguière : 32 cm - Diamètre du bassin : 54,5 cm
Provenance : découvert récemment dans un château de province française.
Le tombak, ou cuivre doré au mercure, est une technique particulièrement appréciée dans le monde Ottoman pour la dorure d'objets luxueux en cuivre (tels que des aiguières et leurs bassins, ou encore des éléments d'armures comme des casques, boucliers et chanfreins). L'application de cette épaisse dorure rendait alors ces objets d'autant plus précieux. Le terme proviendrait du malaisien tumbaga, utilisé pour nommer un alliage cuivreux.
Les décors dits « à pointes de diamant » comme celui-ci sont très rares. On en connaît seulement quelques exemples, notamment une aiguière et son bassin conservés dans les collections du Musée des Arts Turcs et Islamiques d'Istanbul (Türk ve Islam Eserleri Müzesi) et publié dans : Catalogue d'Exposition, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon (du 4 mai au 15 août 1999) Topkapi à Versailles - Trésors de la Cour Ottomane, p. 151, n°103.
L'exemple conservé à Istanbul comporte également une inscription, mentionnant que la pièce était destinée au tombeau de la reine-mère Pertevniyal Valide Sultan. Cette inscription, qui mentionne une autre femme importante de la Cour Ottomane, n'est pas sans rappeler la dédicace à la princesse Mihrimah Sultan figurant sur notre aiguière.
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue